LE RAMON MEUMBRU

 Réalisé avec l'ouvrage : Portraits d'épaves, éditions Océans, de JP Joncheray & U Brunner

Profondeur : - 22 m sur le sable et le navire dépasse de 3 ou 4 m du niveau du sol.

Coordonnées : 43° 10' 49'' nord ; 06° 32' 73'' est. En rade de Cavalaire, à la sortie du port, environ à 400 m au nord-est de la jetée et à 250 m de la grosse tonne du fond de la baie.

Description : Cargo de 1 153 tx, long de 80 m et large de 11m, avec une machine à deux cylindres de 146 ch. 5 cloisons étanches étaient exceptionnelles à l'époque de la construction du navire.

Difficultés : Profondeur faible, visibilité souvent médiocre, danger permanent par les bateaux qui entrent ou sortent du port de Cavalaire, mais surtout, contraste mistral-vent d'est-ponant... Par mistral, c'est le calme plat, par vent d'est ou ponant, c'est l'inconfort : des vagues, de la houle, des détritus de toutes sortes qui troublent la visibilité.

 

La plongée

L'épave est grande et très étalée sur un fond que les posidonies ont dû abandonner. Les murailles se sont affaissées, les scaphandriers y ont travaillé. Il ne reste que de grosses membrures et un pont de bois, presqu'à la verticale. Les superstructures, affaissées ou ferraillées, n'existent plus, pas plus que les machines ou l'hélice. Les habitués de l'épave reconnaissent étrave ou étambot, et même salle des machines ou gaillard d'avant... Ce n'est pas évident ! L'ensemble est rempli de débris d'algues qui se balancent dans les courants, mêlés à des plastiques variés.

 

Histoire du Ramon Meumbru

Baptisé Elgueza-bal, puis Ballesteros n° 2, puis Derwent, enfin Ramon Meumbru, le cargo fut construit à Hull par Gilbert et Cooper en 1873. Sa machine venait de chez Holmes. C'est donc à l'issue d'une longue vie d'un demi-siècle, exceptionnelle pour un navire, qu'il apparut à Cavalaire. Son armateur était Domingo Meumbru, de Barcelone.

 

Naufrage du Ramon Meumbru

Le navire aurait coulé à la suite d'une explosion, quelques jours avant le 7 juin 1921. Il allait de Galveston à Gênes, avec 37 hommes d'équipage. On sait peu de chose sur ce naufrage... Contrebande comme le raconte Philippe Tailliez dans "plongées sans câble" ? Ou simple avarie ? Il n'y eut pas de victime et l'équipage fut ramené à Marseille par le vapeur espagnol Cabo Vilano. Plus tard, on dépeça le grand cargo.

 

 

Accueil
 Epaves entre Porquerolles et Cavalaire
Vidéos subaquatiques
nicoblon sur facebook